Blogue

Le risque est invisible

Le risque est invisible

Sans contredit, Harry Houdini est l’un des plus grands magiciens de tous les temps. En effet, il a multiplié les prouesses telles que faire disparaître un éléphant, traverser un mur de briques, avaler des sabres, sans oublier ses évasions spectaculaires. Cet ancien boxeur amateur était aussi reconnu pour un numéro réalisé devant public où il demandait la participation volontaire d’un homme fort pour lui donner des coups de poing dans le ventre afin de prouver son invincibilité.

Le 22 octobre 1926, alors qu’il se reposait dans sa loge, l’illusionniste a reçu la visite d’un certain Jocelyn Gordon Whitehead. Curieux, ce dernier lui posa cette question :

« Est-ce vrai qu’un coup de poing dans l’estomac ne vous fera pas réagir? »

Sans avertissement préalable, le visiteur lui a alors asséné de nombreux coups de poing au ventre.

Quelques heures plus tard, le prestidigitateur se plaint de douleurs abdominales et, malheureusement, décédera des suites d’une rupture de l’appendice le jour de l’Halloween…

Cette histoire est quand même incroyable! On parle d’une personne devenue célèbre en s’évadant d’une cellule de prison de Chicago qui a perdu la vie de manière assez surprenante et tragique…

Il va sans dire qu’en se préparant pour un numéro, Houdini prenait les précautions nécessaires pour tenir compte des risques encourus. Or, dans son livre The Edge of Unknown, l’auteur Arthur Conan Doyle rapporte qu’il n’a pas eu l’occasion de se préparer mentalement et physiquement à faire face à cet acte impromptu.

Je m’inspire donc de la mésaventure du fameux magicien pour souligner l’importance de la diversification à la Bourse. Sachant que les marchés boursiers ont fortement rebondi par rapport à leurs creux enregistrés il y a près d’un an, le manque de réalisme et de prudence est palpable chez de nombreux investisseurs autonomes qui ont tendance à ne détenir qu’un nombre limité de titres en portefeuille. À cet égard, d’après une analyse de l’activité boursière de 40 000 comptes d’une firme de courtage à commissions réduites, le nombre moyen de titres en portefeuille est de 4!

À l’image de Houdini, ils ne sont donc pas conscients du risque qui les guette. En effet, il est bon de rappeler que les épisodes de baisse des cours boursiers sont normaux et fréquents, d’où la pertinence de prôner la diversification, c’est-à-dire de répartir ses investissements entre différents titres, secteurs d’activité, catégories d’actifs ou styles de gestion.

En procédant ainsi, nous sommes mieux outillés pour faire face aux éventuelles périodes de fortes fluctuations boursières, car le pouvoir magique du risque est d’être invisible!

Crédit photo – Associated Press

Sources :

Groupe Ouellet Bolduc (2020). L’exubérance irrationnelle : le cygne gris de la Bourse, Le Rapporteur – Troisième trimestre de 2020.

Housel, M. (2020). Risk is What You Don’t See. The Collaborative Fund.

Ouest-France (2019). Quel est le tour de magie d’Houdini qui a été fatal à un illusionniste indien? L’édition du soir.

Statman, M. (2017). Finance for Normal People: How Investors and Markets Behave, Oxford University Press.

Au lieu de compter les moutons…

Au lieu de compter les moutons…

Lorsqu’il est question d’améliorer sa santé physique, on pense généralement à adopter une alimentation saine et équilibrée et à pratiquer une activité physique. Toutefois, une bonne hygiène de sommeil est aussi primordiale, la fatigue chronique étant un facteur de risque de maladies comme l’obésité, le diabète, l’hypertension et la dépression. L’objectif de cette publication est donc de vous fournir quelques informations fort pertinentes pour favoriser une bonne nuit de sommeil.

Pour éviter que vous cogniez des clous en lisant cet article, je vous présente quelques conseils à l’aide de données chiffrées tirées de l’excellent livre Why We Sleep de Matthew Walker :

– Éteignez les écrans une heure avant de dormir;

– Ne buvez pas de café trop tard en après-midi; en effet, il faut jusqu’à huit heures au corps pour éliminer la caféine ingérée;

– Baissez le chauffage pour la nuit; la température optimale dans une chambre à coucher est de 18 degrés;

– Évitez de pratiquer une activité physique intense au moins trois heures avant l’heure du coucher;

– Si nécessaire, faites une sieste entre 12 h et 15 h. De plus, la durée de la sieste ne devrait pas dépasser 25 minutes;

– Et si vous ne parvenez toujours pas à vous endormir au bout de 20 minutes, levez-vous, dirigez-vous vers une autre pièce et faites une activité relaxante.

J’espère que ces conseils vous seront utiles, car d’après une étude réalisée par un groupe de chercheurs de l’Université d’Oxford, compter les moutons pour s’endormir n’est pas très efficace!

Un an plus tard

Un an plus tard

Cela fait exactement un an aujourd’hui, le 19 février 2021, que les principaux indices de référence nord-américains ont entamé la vertigineuse chute de leurs cours boursiers, laquelle a marqué le début de la crise sanitaire d’un point de vue boursier. Pour vous donner une idée, le Dow Jones Industrial Average a perdu plus de 30 % en l’espace de 22 jours seulement, un record de rapidité pour une baisse d’une telle amplitude. Depuis, les principales places boursières ont entamé une nouvelle tendance haussière, qui est d’ailleurs toujours en vigueur.

Afin d’accompagner aussi bien l’investisseur que le négociateur actif dans ce climat boursier plutôt incertain, j’ai fait ressortir les principales leçons à tirer dans le cadre d’un dossier spécial réservé exclusivement aux clients de Desjardins Courtage en ligne. Après L’essentiel des 19 premières semaines et Deuxième vague… de contenu, je vous présente Un an plus tard, dernière partie de cette trilogie.

Ce texte, qui doit être publié en mars, traitera du biais haussier du marché boursier ainsi que de l’affaire GameStop, une action qui a gagné 2700 % au cours du mois de janvier!

Restez à l’affût pour recevoir cette dernière dose de contenu…

 

 

Quand le mouton noir a raison

Quand le mouton noir a raison

Dans les années 1950, le psychologue de renom Solomon Asch a étudié les effets de la pression sociale sur les attitudes, les comportements et les opinions d’un individu. Pour ce faire, il a posé la question suivante à un groupe de sujets :

En vous fiant uniquement à l’image ci-dessus, entre les lignes 1, 2 et 3, laquelle est identique à la ligne A ?

 

Bien évidemment, la bonne réponse est la ligne 1. Lorsqu’on pose cette question à une seule personne, le taux de succès frôle les 100 %. Toutefois, lorsque le sujet est placé dans un groupe de gens qui sont complices de l’expérience, le résultat est surprenant. Quand ces derniers choisissent délibérément une mauvaise réponse (la ligne 2 ou la ligne 3), le taux de réussite n’est que de 67 %! En psychologie sociale, c’est ce qu’on appelle le conformisme : lorsque notre jugement entre en conflit avec celui d’un groupe, nous avons tendance à nous rallier à l’avis des autres.

 

Selon ce qui précède, plusieurs diront qu’ils ne commettraient jamais ce type d’erreur. Ah oui, vraiment? Qui n’a jamais été tenté d’acheter un actif financier pour la simple raison qu’il était populaire? Que ce soit l’action de Tesla, un titre du secteur du cannabis ou le fameux Nortel, le conformisme est monnaie courante à la Bourse. Nous sommes à ce point sensibles à l’influence sociale que nous pouvons faire des placements qui vont à l’encontre de l’évidence même ou de notre philosophie de gestion.

 

C’est pourquoi je vous invite à faire vos devoirs et à préserver votre objectivité, même si cela signifie d’être le mouton noir!

 

En guise de conclusion, pour les curieux, voici un extrait de l’expérience de Asch :

 

Abonnez-vous à mon infolettre !

Pin It on Pinterest

Share This