Blogue

Comment faire vivre des montagnes russes émotionnelles

Comment faire vivre des montagnes russes émotionnelles

Un jour, lors d’une promenade, le poète français Jacques Prévert est allé à la rencontre d’un aveugle qui mendiait, ayant devant lui un écriteau sur lequel on pouvait lire ceci : « Aveugle sans pension de retraite. ».

Le poète lui posa alors la question suivante : « Et puis, est-ce que les gens sont généreux? ».

« Pas vraiment », répondit le non-voyant dans le besoin.

C’est alors que M. Prévert lui demanda la permission d’emprunter sa pancarte afin d’écrire un autre message au revers de celle-ci, sans toutefois lui mentionner le contenu. Une demande que l’aveugle accepta d’emblée.

Le lendemain, alors qu’il marchait, M. Prévert tomba de nouveau sur l’itinérant aveugle et lui posa sensiblement la même question que la veille : « Et puis, est-ce que les gens sont devenus plus généreux? »

« Oui, c’est incroyable! Je n’ai jamais amassé autant d’argent de ma vie! », répondit-il avec enthousiasme.

Sur l’affiche, M. Prévert avait écrit ceci : « Le printemps s’en vient, mais je ne le verrai pas ».

Ceci est un bel exemple de storytelling ou l’art de raconter des histoires, une technique d’influence qui tient compte de l’aspect émotionnel, mais dont l’utilisation demeure encore limitée. D’après Jennifer Aaker, psychologue et professeure à l’Université Stanford, nous valorisons principalement la pensée analytique en exposant des faits, des graphiques, des statistiques ainsi que des tableaux lorsque nous sommes appelés à soumettre un produit, un service ou une idée.

À ce propos, Mme Aaker a mené une expérience auprès de ses étudiants. Elle leur a d’abord demandé de présenter un argumentaire de vente (pitch) devant la classe. En moyenne, 10 % d’entre eux ont fait appel au storytelling. Le reste des étudiants ont eu recours au raisonnement logique décrit précédemment. Ensuite, la professeure a questionné les étudiants sur le contenu livré par leurs condisciples. Le constat a été frappant : seulement 5 % des étudiants ont été capables de se rappeler d’au moins une statistique alors que 63 % ont d’entre eux ont été en mesure de se souvenir d’au moins une histoire!

Je vous invite donc à utiliser davantage le storytelling comme technique de persuasion. Pour ceux et celles qui sont peu familiers avec cette approche, Jonah Berger, l’auteur du livre Magic Words, propose ce conseil à la fois simple et efficace : faire vivre des montagnes russes émotionnelles. C’est à la suite d’une minutieuse analyse de nombreux films à succès comme Forest Gump, la Guerre des étoiles ou la saga Harry Potter qu’il est arrivé à cette conclusion.

Cela veut dire que votre histoire doit être riche en rebondissements et que vos personnages doivent vivre une succession de hauts et de bas afin de garder votre interlocuteur ou auditoire en haleine jusqu’à la fin. C’est un peu comme mon histoire du quêteux aveugle qui, du jour au lendemain, a amassé un petit pactole!

Sources :

Janine Kurnoff et Lee Lazarus. Everyday Business Storytelling. Wiley, 2021.

Jonah Berger. Magic Words. Harper Business, 2023.

Maria Konnikova. The Confidence Game. Penguin Books, 2017.

Crédit image :   Depositphotos

L’importance de retenir les prénoms

L’importance de retenir les prénoms

Dans le cadre d’une étude, les chercheuses Gillian Cohen et Dorothy Faulkner ont d’abord demandé aux sujets de lire de courts récits biographiques fictifs. Par la suite, elles ont posé des questions en lien avec le contenu présenté, l’objectif étant de déterminer le type d’information que nous avons tendance à mémoriser. Leur principale conclusion était que les participants à l’étude ont eu beaucoup de difficultés à se rappeler le prénom des personnages. En effet, la probabilité était deux fois plus élevée qu’ils se souviennent de leur emploi, leurs passe-temps ou leur ville d’origine que de leur prénom!

Cela s’explique par le fait qu’en général, les prénoms sont arbitraires, en ce sens qu’ils ne fournissent aucune information particulière sur un individu. Ainsi, le cerveau éprouve de la difficulté à établir les connexions neuronales nécessaires pour enregistrer le prénom dans sa mémoire.

Prenons l’exemple de mon prénom. Au Québec, c’était le plus populaire entre 1945 et 1964 et, pour cette raison, il y a de fortes chances que vous connaissiez de nombreuses personnes qui s’appellent Michel. Or, étant donné que tous ces Michel sont des individus uniques, le cerveau a besoin de temps, de répétitions ainsi que de stratégies de mémorisation pour augmenter le taux de rétention. À ce propos, voici quelques exemples de tactiques que vous pourriez utiliser lors d’une prochaine rencontre avec un inconnu :

– Répéter le prénom à haute voix dès le contact initial;

– Demander la signification du prénom lorsqu’il est moins commun;

– Trouver un objet ou un animal qui commence par la même lettre que le prénom;

– Insérer régulièrement le prénom dans la discussion;

– Porter attention au visage, à la voix, à l’apparence physique ou à la tenue vestimentaire dans le but de faire une association avec une personne qui vous est familière comme une célébrité, un collègue de travail ou un ami;

– Ajouter la personne à un réseau social de votre choix.

Pour ma part, j’ai toujours consacré beaucoup d’efforts et d’énergie pour retenir le prénom des gens puisque c’est ma façon de montrer mon intérêt envers les autres. Et sur le plan du développement des affaires, je suis d’avis que c’est une arme redoutable pour créer un effet Wow! Avouez que c’est toujours flatteur lorsqu’une personne rencontrée à une seule occasion se souvient de votre prénom!

 

Sources :

Gillian Cohen et Dorothy Faulkner. Memory for proper names: Age differences in retrieval. British Journal of Developmental Psychology, volume 4, no 2, p. 187-197, 1986.

Sébastien Martinez. Comment retenir le nom des gens que vous rencontrez? La méthode Martinez, 20 mai 2019.

Victoria Woollaston. Why you can never remember people’s names: brain struggles to retain information – especially if we’re not interested in the person. Daily Mail, 15 mai 2015.

Des conseils remplis de sagesse

Des conseils remplis de sagesse

Si vous êtes un amateur de tout ce qui touche la croissance personnelle, le plus récent livre de Kevin Kelly intitulé Excellent Advice for Living devrait vous plaire.

La formule est simple et efficace : il nous invite à réfléchir à plus d’une centaine d’observations et de conseils tirés de sa propre expérience de vie, qui est des plus enrichissante et inspirante. Il n’y a pas de traduction en français de son livre pour l’instant, et je tenais à conserver l’essence et le style de l’auteur, alors j’ai choisi de vous présenter en anglais le palmarès des 20 passages qui m’ont le plus marqué (sans ordre de préférence) :

1- Being enthusiastic is worth 25 IQ points.

2- When you give away 10 % of your income, you lose 10 % of your purchasing power, which is minor compared to the 110 % increase in happiness you will gain.

3- Don’t be the best. Be the only.

4- Forgiveness is accepting the apology you will never get.

5- Be more generous than necessary. No one on their deathbed has ever regretted giving too much away. There is no point to being the richest person in the cemetery.

6- You really don’t want to be famous. Read the biography of any famous person.

7- It is not a compliment if it comes with a request.

8- Compliment people behind their back. It’ll come back to you.

9- Show me your calendar and I will tell your priorities.

10- Ignore what others may be thinking of you because they aren’t thinking of you.

11- To manage yourself use your head; to manage others use your heart.

12- No one is as impressed with your possessions as you are.

13- The greatest teacher is called ‘’doing’’.

14- Anything you say before the word ‘’but’’ does not count.

15- Criticize in private, praise in public.

16- You can’t change your past, but you can change your story about it.

17- To learn from your mistakes, first laugh at your mistakes.

18- Instead of asking your child what they learned today, ask them who they helped today.

19- Embrace pronoia, which is the opposite of paranoia. Choose to believe that the entire universe is conspiring behind your back to make you a success.

20- Very few regrets in life are about what you did. Almost all are about what you didn’t do.

Pour terminer, je suis curieux de connaître l’extrait qui vous interpelle le plus. Vous pouvez indiquer le numéro et la raison de votre choix dans la section Commentaires.

Au plaisir de vous lire!

Source :

Kevin Kelly (2023). Excellent Advice for Living: Wisdom I Wish I’d Known Earlier. Viking.

 

 

Que faire si vous êtes indécis face à une décision importante?

Que faire si vous êtes indécis face à une décision importante?

Afin d’alléger notre processus décisionnel et de préserver notre énergie, nous recourons, sans même nous en rendre compte, à des raccourcis mentaux. Ces derniers représentent des règles du pouce provenant de nos expériences passées qui nous permettent de prendre rapidement des décisions.

De manière générale, ces raccourcis mentaux ont mauvaise presse puisqu’ils nous exposent à des erreurs de jugement lorsqu’il est question d’enjeux plus complexes comme la gestion de nos placements. Aujourd’hui, je vous en présente un fort utile proposé par l’entrepreneur à succès Naval Ravikant.

Si vous êtes dans l’obligation de prendre une décision importante qui nécessite un engagement à long terme et que, pour y arriver, vous devez y réfléchir longuement en pesant le pour et le contre, oubliez cela. En effet, si vous n’êtes pas en mesure de trancher, la réponse est non.  

La raison est que l’enjeu est tel qu’il requiert un haut degré de certitude de votre part, ce qui est rarement le cas lorsque vous êtes déchiré entre deux options. Pour résumer le propos, rien de mieux que cette citation du romancier Viktor Cherbuliez : « Le doute est la voie qui mène à la certitude ».

Pour ma part, dans le cadre de mon travail, ce raccourci mental m’aide grandement à prendre des décisions éclairées tout en gagnant du temps. Comme le dit si bien Pythagore, « Dans le doute, abstiens-toi! ».

Source:

Chris Meyer (2023). 5 Useful Heuristics for Quick Decision-Making in Daily Situations. Critical Thinking. The Mind Collection.

Crédit image :  Depositphotos 

Pin It on Pinterest

Share This