Blogue

Au lieu de compter les moutons…

Au lieu de compter les moutons…

Lorsqu’il est question d’améliorer sa santé physique, on pense généralement à adopter une alimentation saine et équilibrée et à pratiquer une activité physique. Toutefois, une bonne hygiène de sommeil est aussi primordiale, la fatigue chronique étant un facteur de risque de maladies comme l’obésité, le diabète, l’hypertension et la dépression. L’objectif de cette publication est donc de vous fournir quelques informations fort pertinentes pour favoriser une bonne nuit de sommeil.

Pour éviter que vous cogniez des clous en lisant cet article, je vous présente quelques conseils à l’aide de données chiffrées tirées de l’excellent livre Why We Sleep de Matthew Walker :

– Éteignez les écrans une heure avant de dormir;

– Ne buvez pas de café trop tard en après-midi; en effet, il faut jusqu’à huit heures au corps pour éliminer la caféine ingérée;

– Baissez le chauffage pour la nuit; la température optimale dans une chambre à coucher est de 18 degrés;

– Évitez de pratiquer une activité physique intense au moins trois heures avant l’heure du coucher;

– Si nécessaire, faites une sieste entre 12 h et 15 h. De plus, la durée de la sieste ne devrait pas dépasser 25 minutes;

– Et si vous ne parvenez toujours pas à vous endormir au bout de 20 minutes, levez-vous, dirigez-vous vers une autre pièce et faites une activité relaxante.

J’espère que ces conseils vous seront utiles, car d’après une étude réalisée par un groupe de chercheurs de l’Université d’Oxford, compter les moutons pour s’endormir n’est pas très efficace!

Un an plus tard

Un an plus tard

Cela fait exactement un an aujourd’hui, le 19 février 2021, que les principaux indices de référence nord-américains ont entamé la vertigineuse chute de leurs cours boursiers, laquelle a marqué le début de la crise sanitaire d’un point de vue boursier. Pour vous donner une idée, le Dow Jones Industrial Average a perdu plus de 30 % en l’espace de 22 jours seulement, un record de rapidité pour une baisse d’une telle amplitude. Depuis, les principales places boursières ont entamé une nouvelle tendance haussière, qui est d’ailleurs toujours en vigueur.

Afin d’accompagner aussi bien l’investisseur que le négociateur actif dans ce climat boursier plutôt incertain, j’ai fait ressortir les principales leçons à tirer dans le cadre d’un dossier spécial réservé exclusivement aux clients de Desjardins Courtage en ligne. Après L’essentiel des 19 premières semaines et Deuxième vague… de contenu, je vous présente Un an plus tard, dernière partie de cette trilogie.

Ce texte, qui doit être publié en mars, traitera du biais haussier du marché boursier ainsi que de l’affaire GameStop, une action qui a gagné 2700 % au cours du mois de janvier!

Restez à l’affût pour recevoir cette dernière dose de contenu…

 

 

Quand le mouton noir a raison

Quand le mouton noir a raison

Dans les années 1950, le psychologue de renom Solomon Asch a étudié les effets de la pression sociale sur les attitudes, les comportements et les opinions d’un individu. Pour ce faire, il a posé la question suivante à un groupe de sujets :

En vous fiant uniquement à l’image ci-dessus, entre les lignes 1, 2 et 3, laquelle est identique à la ligne A ?

 

Bien évidemment, la bonne réponse est la ligne 1. Lorsqu’on pose cette question à une seule personne, le taux de succès frôle les 100 %. Toutefois, lorsque le sujet est placé dans un groupe de gens qui sont complices de l’expérience, le résultat est surprenant. Quand ces derniers choisissent délibérément une mauvaise réponse (la ligne 2 ou la ligne 3), le taux de réussite n’est que de 67 %! En psychologie sociale, c’est ce qu’on appelle le conformisme : lorsque notre jugement entre en conflit avec celui d’un groupe, nous avons tendance à nous rallier à l’avis des autres.

 

Selon ce qui précède, plusieurs diront qu’ils ne commettraient jamais ce type d’erreur. Ah oui, vraiment? Qui n’a jamais été tenté d’acheter un actif financier pour la simple raison qu’il était populaire? Que ce soit l’action de Tesla, un titre du secteur du cannabis ou le fameux Nortel, le conformisme est monnaie courante à la Bourse. Nous sommes à ce point sensibles à l’influence sociale que nous pouvons faire des placements qui vont à l’encontre de l’évidence même ou de notre philosophie de gestion.

 

C’est pourquoi je vous invite à faire vos devoirs et à préserver votre objectivité, même si cela signifie d’être le mouton noir!

 

En guise de conclusion, pour les curieux, voici un extrait de l’expérience de Asch :

 

Quand la valeur est au cœur de votre décision

Quand la valeur est au cœur de votre décision

Comme la Saint-Valentin arrive à grands pas et que je suis un amateur de chocolat, j’aimerais vous présenter cette mise en situation.

Tout le monde s’accorde pour dire qu’un chocolat Ferrero Rocher est plus appétissant qu’un Hershey’s Kiss.

Voilà pourquoi, dans le cadre d’une expérience, des chercheurs ont d’abord donné le choix aux participants entre un chocolat Ferrero Rocher à un prix de 26 cents et un Hershey’s Kiss à 1 cent.

Selon vous, quel choix ont fait les participants?

Eh bien, 60 % des sujets ont opté pour le chocolat Ferrero Rocher.

Dans un second temps, le prix des deux friandises a été réduit de 1 cent, rendant du coup le Hershey’s Kiss gratuit et le chocolat Ferrero Rocher à 25 cents.

D’après vous, quel pourcentage des personnes sondées a choisi le chocolat Ferrero Rocher?

A-60 %

B-40 %

C-20 %

D-10 %

Logiquement, votre réponse devrait être la même que le résultat obtenu lors de la première partie de l’expérience (60 %), pour la simple et bonne raison que la préférence des participants ne devrait pas changer étant donné que le prix des deux types de chocolat a diminué du même montant (1 cent). Mais, dans les faits, seulement 10 % des sujets ont choisi le chocolat Ferrero Rocher. Eh oui, il ne faut jamais sous-estimer l’influence de la gratuité sur notre prise de décision!

Selon le psychologue Dan Ariely, lorsque nous nous trouvons face à un produit ou à un service gratuit, nous sommes excités à l’idée d’en profiter et nous le percevons donc comme ayant une valeur beaucoup plus élevée qu’il ne possède en réalité.

Alors, pour la Saint-Valentin, pourquoi ne pas offrir un cadeau qui ne coûte rien, mais qui aura de la valeur aux yeux de la personne qui le recevra?

 

Source:

Dan Ariely. Irrational Game, Jeu de société, 2020

Abonnez-vous à mon infolettre !

Pin It on Pinterest

Share This